Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Sauveur (triangle de Karpman)


Suite à l'article sur Le triangle dramatique de Karpman et celui sur la Victime, voici le portrait du Sauveur mes psy lecteurs. ✶ C'est parti ! ✶
 

Le Sauveur

Le Sauveur répond à l’appel de la Victime, et on pourrait croire que son aide est sincère et désintéressée. Lui-même le croit. Le Sauveur est le rôle le plus gratifiant du jeu et en aidant et en défendant la Victime, le Sauveur nourrit sa bonne réputation.

Le Sauveur transcende son ombre, c’est-à-dire qu’il est conscient de ne pas être parfait, d’être prompt à la colère, à l’indignation et parfois même à la violence, mais il croit que si ces traits sont mis au service d’une juste cause (défendre les plus faibles) ils sont tolérables car utiles. Le Sauveur ne nie pas l’existence de son ombre contrairement à la Victime, mais justifie l’existence de celle-ci par le fait qu’elle est une arme dont il peut se servir pour faire le bien. A priori rien de bien méchant, et on serait tenté de croire que le contrat entre la Victime et son Sauveur est à l’avantage de la Victime.

Rien n’est moins vrai, car si le Sauveur vient en aide à la Victime c’est parce qu’en réalité il la pense incapable de se défendre ou de s’en sortir seule. Le fait même de venir en aide à la Victime la place de fait en incapacité et lui retire toute sa puissance et son autonomie, et place le Sauveur en position de supériorité absolue. Le fait même que le Sauveur pense qu’il a le pouvoir de défendre et d’aider la Victime prouve qu’il la pense inférieure à lui (pas seulement en action, mais également en valeur et en puissance d’âme). Et en la plaçant en position d’infériorité, il la place sous son contrôle vigilant. Voilà la véritable raison qui pousse une personne à endosser le rôle du Sauveur. L’histoire que le Sauveur se raconte (qu’il aide une personne en détresse par altruisme) cache simplement un besoin de contrôle et son emprise physique, morale ou intellectuelle sur la Victime.

C’est ainsi que dans les Cinq Blessures de Lise Bourbeau, le « masque » le plus susceptible d’apprécier le rôle du Sauveur est celui du Contrôlant.

Le besoin de contrôle

Le besoin de contrôle du Sauveur est mis en évidence lorsque que la Victime refuse les conseils ou l’aide du Sauveur. Ce dernier peut alors se glisser dans le rôle du Persécuteur pour garder la Victime sous contrôle. Il va la secouer et la menacer, parfois la rabaisser et la blesser. Lorsqu'il tente de regagner son emprise sur la Victime, le Sauveur peut également adopter brièvement le masque de la Victime, se plaignant par exemple qu’il a donné à la Victime énormément de son temps et de son énergie. Il peut recourir au chantage affectif (que la Victime utilise souvent contre lui). On voit alors que son aide n’était pas dictée par l’altruisme ou la bonté, mais par un besoin de réciprocité et de domination.

Sortir du rôle de Sauveur

Pour sortir du triangle dramatique une personne endossant le rôle de Sauveur doit :

  1. Apprendre à aider réellement. La meilleure façon d’aider une Victime est de croire en elle et de lui rappeler sa valeur. Elle cherche uniquement à remettre son pouvoir entre les mains de quelqu'un car elle a appris à croire en son impuissance. Si vous souhaitez sincèrement l'aider, cultivez l'écoute, le non-jugement et la bienveillance. Complimentez-la, dites-lui que vous croyez en elle, rappelez-lui ses réussites et assurez-la de votre soutien. Dites-lui simplement que vous l'aimez et prenez-la dans vos bras : Au fond c'est ce qu'elle désire sans oser le demander.
     
  2. Accepter que s’il est Sauveur, il est également Persécuteur et Victime dans d’autres relations ou d’autres aspects de sa relation. C’est une grande blessure narcissique, mais c’est une étape nécessaire au Sauveur pour le forcer à se désinvestir du rôle le plus gratifiant du triangle. Chaque fois qu’un Sauveur « sauve » une Victime, il fait plus de mal que de bien, même s’il n’en a pas conscience dans l’instant.
     
  3. Cultiver l'humilité et apprendre à considérer les autres et à croire en eux. Les autres ne sont pas moins intelligents que lui et s'il est parvenu à trouver des solutions, les autres y arriveront également. Le Sauveur doit apprendre à croire dans le pouvoir de se sauver soi-même, car s’il passe son temps à tenter de sauver tout le monde autour de lui c’est souvent parce qu’il ne peut pas ou n’a pas pu se sauver lui-même. Et il cache parfois cette blessure sous beaucoup d’orgueil spirituel.


Dès demain, retrouvez le dernier acteur du jeu :
Le Persécuteur

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez me contacter, vous pouvez me laisser un commentaire sur ce billet 🖊 ou bien me rejoindre sur Facebook :)

✶ Restez connectés ! ✶
Tchou

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article